Dur dur d’être une femme libérée


Cela fait une semaine que j’ai arrêté l’anti dépresseur
Depuis ce matin je suis à fleur de peau et je me dis qu’il faudrait peut être que je reprenne un comprimé car stopper d’un coup n’est pas facile et en même temps…je me dis que si j’ai tenu une semaine je peux tenir deux .. puis trois…
Les moments de sevrage sont toujours difficiles au début
Je me mets la pression à vouloir que mon père ou mes enfants aient tout ce dont ils ont besoin au point de m’oublier
Ce matin mon père me dit de demander de l’aide aux enfants car il voit ce que je fais pour lui et pour eux. Bien que cela ne soit pas grand chose juste répondre à des besoins primaires.
Préparer le repas, mettre une machine en route, étendre le linge, tendre le bras pour l’aider à se déplacer
Du coup il essaye de faire des efforts seul sans prendre de risques
Les enfants sont grands mais ma fille doit penser que je suis un puits de savoir et que j’ai réponse à tout mais malheureusement non… j’ai mes limites et je sens que cela ne lui convient pas. Du coup tout ça me met la pression et les larmes arrivent
Ces larmes que mon fils a vu et m’a demandé ce que j’avais. Je lui ai dit que c’était lié à l’arrêt de l’anti dépresseur mais aussi que j’avais l’impression de tout faire de travers avec eux, qu’avec moi tout était nul et avec leur père c’était Disneyland car il les emmène en randonnée, à la plage… endroit où je n’arrive plus à suivre ou que je n’aime pas trop aller.
Je lui ai dit que je savais que c’était mon interprétation. Il m’a dit que ce n’était pas vrai ce que je ressentais
Depuis quelques heures je me sens mieux même si comme je le disais à mon fils là présence de ma mère me manque car je fais certaines choses qu’elle aurait dû faire et je l’aurais aidé
J’aurais certainement pensé comme mes enfants, qu’elle en fait trop ou pas assez
Une fille une maman une femme fait toujours ce qu’elle peut avec bienveillance
Le problème est que souvent nous sommes perçues comme des Wonder woman alors que nous ne sommes que des êtres humains fort peut être…mais sensible et généreux surtout.
Ni plus ni moins
Nous avons besoin de quelques mots, quelques gestes pour nous dire qu’on est sur le bon chemin

SBM 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s